Minivilles

Editeur:
Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, ,
Nombre de joueurs conseillés:
,
Catégorie:

Si le jeu de société est à nouveau tendance depuis quelques années, on le doit d’abord à quelques locomotives qui ont rencontré un succès planétaire et ont relancé l’intérêt pour ce loisir que nous aimons tant ! On pense bien sûr à deux jeux d’ambiance comme Jungle Speed ou Time’s Up que l’on ne présente plus, mais aussi des jeux de plateau comme Catane ou Les Aventuriers du Rail vendus à plusieurs millions d’exemplaires.

Mais depuis quelques années, une nouvelle tendance semble se profiler: une demande de jeux de plateau simples, rapides et malins. Vite expliqués, vite joués, aux règles épurées au maximum pour ne garder que l’essentiel, sans fioritures et droit au but.

C’est clairement dans cette catégorie que se situe Minivilles, un jeu d’origine… japonaise, traduit et édité par Moonster Games. Comptez 5 minutes pour les règles simples et intuitives et une petite demi-heure de jeu. Et visez tout de suite un peu plus large, car c’est typiquement le genre de jeu auquel on a envie de rejouer tout de suite ! Un air de reviens-y des plus agréables et qui ne retombe pas tout de suite comme un soufflé. A l’instar d’autres excellents jeu de cartes, on découvre de nouvelles combos et de nouvelles subtilités au fil des parties. Plusieurs extensions sont déjà disponibles pour varier les plaisirs, dont une qui permet de jouer à 5 ou 6 joueurs.

Mais de quoi s’agit-il ? Alors en gros, comme son nom l’indique, chaque jouer construit sa… miniville. Le but est d’être le premier à construite les 4 gros bâtiments les plus importants de sa ville. Pour y arriver, il faudra passer par des bâtiments moins prestigieux, mais qui vont générer des revenus grâce auxquels on pourra construite d’autres bâtiments qui vont générer encore un peu plus de revenus, etc. Bref, arriver à mettre la machine en route le plus rapidement possible en cherchant à réaliser les meilleures combinaisons de cartes possibles pour valoriser ses coups. Tout est visible, personne n’a de cartes en main et les villes s’agrandissent sur la table.

Pour mieux situer, un tour de jeu débute comme à Catane: le joueur lance les dés et tous ceux qui ont des cartes concernées par le résultat des dés touchent ou… doivent payer des revenus (en fonction des bâtiments déjà construits), le joueur actif peut ensuite acheter, s’il le souhaite, un bâtiment. C’est tout ! Oui, quand je vous disais que la mode est aux jeux épurés ! Et ça fonctionne ? Oui ! C’est même très prenant ! Les bâtiments ont bien sûr des effets entre eux et on va donc tenter d’acheter des bâtiments qui vont bien ensemble pour réaliser de jolies « combos » lorsque ces fichus dés sortiront le nombre voulu. Car oui, le chance intervient pas mal à Minivilles. Il faut l’accepter, c’est un élément parmi d’autres et qui ne gâche pas le plaisir si on accepte de ne pas toujours tout contrôler. Mais si cet aspect vous dérangeait déjà à Catane ou si le mot chance vous donne des boutons, passez votre chemin, vous allez vous faire du mal !

En résumé, Minivilles est un excellent jeu familial, fun, simple, court mais non dénué de stratégie. Il plaira tant en famille avec des enfants dès 8-9 ans qu’entre adultes férus de jeux ou non. Idéal à emporter en vacances grâce à son petit format, il devrait faire pas mal d’adeptes parmi vos enfants, vos amis et les enfants de vos amis !