It’s a Wonderful Kingdom

Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
,
Nombre de joueurs conseillés:
,

Disons le d’entrée de… jeu: It’s a Wonderful Kingdom est à It’s a Wonderful World ce que 7 Wonders Duel est à 7 Wonders: une version 2 joueurs au moins aussi réussie que l’original. Et ce n’est pas peu dire.

Je vous rassure si ces noms ne vous disent rien, aucune connaissance préalable n’est nécessaire. Mais comme pour 7 Wonders Duel, on retrouve un univers familier si on a déjà tâté du précédent. Et du coup, on digère beaucoup plus facilement les règles. Pas indispensable donc, mais ça aide pas mal au départ. Du reste, si vous n’avez jamais goûté des jeux précités, on ne peut que vous conseiller de découvrir ces pépites !

Stratégie, opportunisme, combos-de-la-mort-qui-tue, chouette matériel, on retrouve les principaux ingrédients qui ont fait le succès de la grosse boîte multi-joueurs. Exit le draft de cartes par contre (moins adapté à deux il est vrai), remplacé par une subtile mécanique de pose de cartes qui introduit une dimension de bluff et de délicieux tiraillements. Le tout saupoudré de calamités qu’on va essayer d’éviter en les refilant à l’adversaire. Ca fonctionne parfois… ou pas.

Autre originalité: la règle de base à laquelle il faut obligatoirement rajouter un module. Au choix parmi plusieurs proposés. On peut donc varier les plaisirs à la fois par ces modules et le choix des types de calamités pour la partie. Une belle rejouabilité, donc.

It’s a Wonderful World était un coup de coeur (il l’est toujours d’ailleurs). Et bien ce It’s Wonderful Kingdom aussi ! Une envie pressante d’y rejouer dès la partie précédente terminée est toujours un bon signe. C’est rapide, plein, riche en sensations diverses et différent du premier tout en gardant le même fond de jeu. Bref on valide complètement !