Les Contes Emerveillés

Editeur:
Illustrateur:
Public:
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, , ,
Nombre de joueurs conseillés:
, ,

C’est fou comme il est facile de mémoriser un tas de choses sans effort si on utilise les deux hémisphères du cerveau, c’est à dire associer à la chose que l’on veut retenir un contexte. Alors que sans cela, lorsqu’on essaie de se forcer à retenir quelque chose, non seulement cela demande une grande concentration, mais le plus souvent avec la frustration d’avoir finalement oublié la moitié. Un Loulou de 4 ans peut vous battre à plate couture au Memory qui plus est en regardant le plafond durant toute la partie. Oui, ça sent le vécu. 😉

Les Contes Emerveillés va vous convaincre de la chose en vous offrant, en plus, matière à raconter de fabuleuses histoires ! La partie se déroule en deux phases distinctes: la présentation des personnages qui vont faire partie de l’histoire puis la création de celle-ci à partir de ce qui a été dit lors de la présentation. Avec un petit twist: un jeton que l’on va choisir pour chaque personnage lors de la première phase puis que l’on va retourner. On sait donc, par exemple, qu’il sera question d’un Chevalier dans l’histoire, mais il faudra se souvenir que c’est son anniversaire (jeton « gâteau » retourné à côté de lui),

Si je vous dit qu’il y a une quinzaine de jetons retournés dont il faut se souvenir à chaque partie, vous allez peut-être trouver cela beaucoup. Mais en fait, vous verrez que dès que l’on parlera du Chevalier, vous vous souviendrez automatiquement et sans aucun effort que c’est son anniversaire et qu’un gâteau est caché. Pareil pour tous les autres jetons, surtout si l’association donne lieu a quelque chose de rigolo ou de marquant.

Ces Contes Emerveillés portent merveilleusement bien leur nom. Le jeu est coopératif, joli et poétique. Il se présente comme un grimoire et permet de passer d’adorables moments privilégiés avec vos enfants, voire de créer un vrai rituel d’avant dodo. La règle propose même des variantes pour chaque jour de la semaine. Craquant !