Cascadia

Editeur:
Auteur:
Illustrateur:
Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, , ,
Nombre de joueurs conseillés:
, , ,

Il y a des jeux qui se méritent un peu… que ce soit lié à l’investissement temps pour la lecture des règles, les premières parties le nez dans le livret ou la tête dans le brouillard sans trop savoir ce qu’il faut faire. Ca vous parle certainement, on a tous vécu ces petits moments de solitude…  😉

A contrario, il y a des jeux qui semblent d’emblée évidents, dotés d’une mécanique imparable que l’on comprend tout de suite. Pas de question durant la partie, tout est fluide et coule de source. On pense à des Azul ou Kingdomino pour ne citer qu’eux. Comme par hasard, ce sont les jeux qui remportent le plus de suffrages, s’installent durablement, donnent régulièrement le virus du jeu et trustent généralement les prix. Cascadia fait partie de cette catégorie et ce n’est pas un hasard si je le compare à ces deux poids lourds du jeu de société moderne puisqu’ils ont un point commun majeur: le moteur. A mon tour, je choisis un élément parmi plusieurs et je le pose chez moi. C’est tout, à toi de jouer. On continue comme ça jusqu’à épuisement des éléments et on compte les points. Simple. Basique.

Présenté comme ça, on pourrait se demander pourquoi ce principe simplissime rencontre un tel succès et pourquoi il n’est dès lors pas utilisé plus souvent. Je vous rassure… il l’est. Mais encore faut-il que la sauce prenne et sortir du lot. D’après moi, il est nécessaire pour y arriver que les choix soient assez nombreux pour provoquer des dilemmes (« roooh j’ai envie de tout prendre mais je ne peux choisir qu’une tuile ! ») et le résultat suffisamment progressif et non pénalisant pour ressentir de plus en plus de satisfaction dans ce qu’on est occupé à construire. Un savant dosage difficile à atteindre. Mission accomplie pour Cascadia qui propose tout ça !

Rajoutez à cela un thème bien choisi, des belles illustrations (pas à dire, Beth Sobel à qui l’on doit entre autres le magnifique Wingspan sait y faire lorsqu’il s’agit de dessiner la faune et la flore) et une grande rejouabilité grâce à des cartes objectif que l’on pourra tirer au hasard pour varier les plaisirs… et vous obtenez sans doute un hit en puissance !

Simple, rapide, super-efficace, Cascadia est le type même de jeu hyper-facile à sortir en toutes circonstances et avec tous les publics. Des enfants dès 8-9 ans (pour une fois, je trouve le 10+ de la boite un peu surévalué) jusqu’aux grands-parents. Du joueur occasionnel au passionné. Tout le monde y trouve son compte et c’est là l’un des signes des tout meilleurs jeux !