Gods Love Dinosaurs

Editeur:
Auteur:
Illustrateur:
Public:
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, , ,
Nombre de joueurs conseillés:
, ,

Mais que se cache-t-il derrière ce drôle de nom et cette boîte intrigante ? Le sous-titre donne déjà plus d’info: « Un jeu de stratégie sur la chaîne alimentaire ». Oui. Sauf qu’elle est tout de même fort réduite, la chaîne… elle ne se compose que de 3 maillons: les proies (rats, lapins, grenouilles), principale nourriture des prédateurs (tigres, aigles), eux-mêmes au menu de nos dinos. Qui pondent un oeuf chaque fois qu’ils en attrapent un. Bein oui, ça donne des forces ! 😉

Ne cherchez évidemment pas une quelconque vérité historique ou autre justification darwinienne dans le choix des animaux ou l’évolution des espèces. A vrai dire ici… on s’en fiche ! C’est même plutôt rigolo et le côté décalé est complètement assumé. N’en déduisez pas pour autant que Gods love Dinosaurs est un jeu d’ambiance où il s’agit de dévorer tout ce qui bouge. Au contraire, l’aspect chaine alimentaire est super bien rendu et il faut être attentif à l’équilibre en permanence ! Trop de proies ? Ils n’ont pas assez de place pour se développer. Pas assez de proies ? Les prédateurs meurent de faim. Trop de prédateurs ? Les proies seront vite décimées. Pas assez de prédateurs ? Les Dinos meurent de faim. Pas assez de Dinos ? Les prédateurs pullulent et ne pourront pas tous se nourrir. Trop de Dinos ? Pénurie de prédateurs… et oui, ce petit écosystème est fort fragile et chaque maillon compte !

Dans Gods love Dinosaurs, vous allez vite comprendre le sens de l’adage « choisir c’est renoncer ». Surtout que vous pouvez certes anticiper, mais pas maitriser les choix adverses. Et bien sûr, ils prendront un malin plaisir à déclencher le développement des espèces au moment où ça vous arrange le moins. Gnark gnark…

Le principe est à la fois simple, malin et super tendu. Un savant mélange d’opportunisme, de développement, de stratégie et de… sauve-qui-peut en fonction de ce qui est déclenché ou non. Ce qui rend les parties nerveuses juste comme il faut, avec une tension palpable mais pas trop frustrante lorsque ça se passe moins bien. Quand tout le monde hurle des « Nooooon ! » ou « C’est la cata ! », on se sent un peu moins seul au moment du petit couac dans le plan initialement prévu… et ça en devient même drôle.

Bref on aime beaucoup ce Gods love Dinosaurs créé par Kasper Lapp, l’heureux auteur de Magic Maze. A priori pas grand rapport entre les deux jeux, mais en y regardant de plus près, on retrouve bien une petite flamme commune, une certaine espièglerie cachée derrière des personnages d’heroic fantasy à l’assaut d’un supermarché ou des dinos qui pondent lorsqu’ils mangent.

Dernière chose, mais elle est importante: le matériel est top et ces petits pions animaux de toutes les couleurs sont trop mimis. Prêts pour une chasse aux oeufs un peu particulière ? C’est parti !