Botanik

Editeur:
Public:
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
Nombre de joueurs conseillés:

Après Jaipur, Ankhor et Tea for 2, la collection des petites boites pour 2 joueurs accueille un nouveau venu avec le bucolique Botanik. Au niveau graphique, on reconnaît tout de suite la patte de Franck Dion, l’illustrateur entre autres de Fantasy, Level Up et de l’extension Daydreams du fabuleux Dixit. Un trait particulier auquel on accroche ou non, mais toujours poétique !

L’une des constantes de la collection, c’est la simplicité des règles. Ce qui n’empêche jamais une certaine profondeur et de ce côté-là, Botanik est sans doute le plus riche de la bande. La première réaction d’Amaya après la première partie fut d’ailleurs « ok, c’est pour les joueurs d’échecs ! ».  Sans aller jusque là, il est vrai que le côté stratégique du jeu s’impose dès les premiers tours. Il va falloir planifier un minimum sous peine de vite se retrouver avec des pièces qui ne vont pas ensemble ou sans fil conducteur. Va falloir ouvrir l’oeil, le bon et le garder ben ouvert toute la partie pour faire les bons choix… pas vraiment un jeu d’ambiance, donc, mais si on aime se triturer les méninges, planifier sans que l’adversaire puisse trop nous embêter, il y a de fortes chances pour que ce Botanik fasse mouche !

Car la mécanique, toute en subtilité est à la fois épurée et tourne avec une précision horlogique. Pour prendre une pièce, cela ne suffit pas de la choisir et de bien la placer sur le plateau de jeu, il faut pouvoir ensuite la libérer au bon moment pour la placer dans sa machine. Avec même parfois des effets en chaine.

On aime beaucoup Botanik, qui peut laisser froid de prime abord mais qui gagne a être joué et rejoué pour en découvrir toute la richesse.