Hanabi

Editeur:
Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, , ,
Nombre de joueurs conseillés:
,
Catégorie:

Antoine Bauza est un homme heureux. Alors que le tsunami nommé 7 Wonders n’en finit pas de battre tous les records, plusieurs de ses autres jeux sont réédités ou font l’objet de nouvelles extensions. Bref, le créateur français est partout !

Hanabi & Ikebana est sorti il y a quelques années dans un relatif anonymat. Une boîte un peu cheap, un look très moyen, un éditeur pas toujours bien distribué, voilà le pourquoi du comment qui fait que tous les bons jeux n’arrivent pas forcément jusqu’à nous.

Heureusement, d’autres éditeurs plus renommés ont le nez fin et sont toujours à la recherche de ces pépites méconnues. Au passage, ils en profitent généralement pour relooker l’ensemble et retoucher les règles au besoin. C’est Cocktail Games qui a sauté sur l’occasion dans ce cas-ci. Au départ,Hanabi & Ikebana présentait deux jeux distincts avec les mêmes cartes. Il s’est vite avéré que l’une des versions était sensiblement meilleure que l’autre, raison pour laquelle le jeu ressort sous le nom unique de Hanabi.

Les présentations faites, rentrons dans le vif du sujet. Le thème, tout d’abord. Hanabi se traduit par « feu d’artifice » en japonais (à retenir, mais pas facile à replacer dans une conversation), il va donc être question de belles bleues et de bouquet final, oui. Un thème rarement exploité qui se retrouve au cœur d’une nouvelle mécanique, jamais vue encore, qui fait tout le charme du jeu. 

Hanabi est jeu coopératif. Comprenez que vos partenaires de jeu sont des vrais partenaires et non des adversaires. C’est la grande mode du moment mais l’originalité vient du fait que les joueurs ne se battent pas ‘contre’ le jeu. Pas d’épée blanche pour les valeureux chevaliers et d’épées noires pour les méchantes forces du mal, pas de virus à éradiquer ou de monstres assoiffés de sang qui sortent de partout, pas d’eau qui monte et qui menace de nous engloutir, non non, rien de tout ça ! Dans Hanabi, les joueurs tentent de réaliser le plus beau feu d’artifice possible, c’est tout ! 

Aucun mécanisme ‘contre’ donc. Et un résultat final sur 25 points, score maximum quasiment impossible à atteindre mais que les joueurs vont tenter d’approcher le plus possible, chaque tranche de points se traduisant par un commentaire de plus en plus élogieux. Il est bien sûr aussi possible de complètement se planter, même s’il faut quasiment le faire exprès.

Il y a 5 couleurs de cartes et dans chaque couleur, des valeurs de 1 à 5. Le but est de les déposer dans l’ordre, de la petite fusée au bouquet final, logique. Chaque joueur possède quelques cartes, mais… ne les voit pas car il les tient à l’envers pour les montrer aux autres. Le jeu va constituer à donner de bons indices aux autres joueurs, mémoriser ceux reçus pour ses propres cartes et trouver tous ensemble le bon rythme.

Les règles sont simples et limpides, expliquées en deux minutes. Les parties sont courtes, un petit quart d’heure à tout casser. Idéal à l’apéro, donc, en famille avant le goûter ou en vacances. Avec son air de reviens-y des plus agréables, il n’est pas rare d’enchâiner les parties et de vouloir améliorer son score.

Hanabi a notamment remporté le prestigieux Spiel des Jahres (jeu de l’année) allemand en 2013, fait rarissime pour un jeu de poche !