Les Tavernes de la Vallée Profonde

Editeur:
Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, ,
Nombre de joueurs conseillés:
, ,

Après Les Charlatans de Belcastel dans la même collection, l’auteur allemand multi-primé Wolfgang Warsch signe un nouveau terrible jeu dans la même veine. Il n’y a pas vraiment de point commun dans la déroulement du jeu, mais on retrouve la patte de créateur, qui n’a pas son pareil pour proposer des mécanismes originaux, super fluides et qui s’imbriquent tellement bien.

Si l’on est passionné de jeux, rien de novateur à proprement parler dans Les Tavernes de la Vallée Profonde. Des choses que l’on a sans doute déjà vues, mais jamais ensemble. Du deck building, du draft de dés, une course aux points de victoire, de la pose d’ouvriers, des faveurs,… un melting pot donc, mais le mélange fonctionne. Et tellement bien. Comment fait-il pour réussir ce genre de truc ?

Et comme si cela ne suffisait pas, quatre (!) mini-extensions sont incluses dans la boite, avec un ordre pré-établi pour rajouter des éléments un à un quand on le souhaite. Sans jamais alourdir ou déséquilibrer le jeu, elles sont juste des petits plus que l’on installe au fur et à mesure et qui permettent de renouveler les parties à chaque fois. Géant.

Alors oui, la boîte… de fait, elle est moche. Même si tout est une question de goût, l’avis est assez unanime. Bon, il y a peut-être un léger mieux que pour les Charlatans de Belcastel, mais quand même… le contenu, lui, est abondant et irréprochable. Et au final, ce qui compte avec un jeu c’est qu’il ne reste pas dans l’armoire. Ces Tavernes de la Vallée Profonde n’y resteront jamais longtemps. Santé Bonheur !