Azul – Le Jardin de la Reine

Editeur:
,
Illustrateur:
Public:
,
Prix en magasin:
Durée:
Nombre de joueurs:
, ,
Nombre de joueurs conseillés:
,
Catégorie:

Azul est un jeu phénomène. Un véritable raz-de-marée mondial à sa sortie il y a quelques années (voir la fiche ludique) récompensé par les prix les plus prestigieux un peu partout, dont l’As d’or en France et le Spiel des Jahres en Allemagne. Pas gagné d’avance pour un jeu abstrait, c’est-à-dire un jeu de stratégie sans thème apparent. Les plus célèbres sont les échecs, les dames, le go, Abalone, etc… vous voyez de quoi je parle.

Azul appartient à cette catégorie, mais réussit à se démarquer par son côté accessible, épuré, super-efficace dans toutes les configurations, familial, fun et très joli. Il rappelle un peu aussi des grands classiques comme le Rummikub ou même le… Scrabble. Si si.

Un tel succès demandait une suite et elle n’a pas traîné. Azul – Les Vitraux de Sintra a suivi, puis Azul – Pavillon d’été. Deux jeux indépendants (pas des extensions) qui reprennent le moteur du jeu de base avec un autre matériel et d’autres règles en gardant l’esprit original. Deux très bons jeux à découvrir aussi mais -et c’est un peu inévitable- qui n’arrivent pas à reproduire l’excitation ressentie lors de la découverte du premier.

Azul – Le Jardin de la Reine est donc déjà le 4ème opus de la collection et attention, cette fois on change de calibre. On s’éloigne un peu du gentil jeu de détente pour toute la famille pour rejoindre la catégorie « jeux pour initiés » de plus en plus demandée. Des règles plus complexes pour des parties un peu plus longues. Plus de concentration nécessaire et des neurones qui chauffent un peu (beaucoup) plus… pas de doute, on passe un cap. Autant le savoir, les habitués de la première heure risquent d’être un peu surpris !

Je vous passe l’explication des mécanismes de choix de tuiles pour m’arrêter sur les contraintes de pose qui arrivent ensuite. Il y en a pas mal, il va falloir bien doser ses efforts et planifier la suite. Pour vous situer si vous connaissez ces jeux, on est proche de Calico ou de l’excellent Cascadia dans l’esprit. Mais, je le répète, en plus exigeant. Car ce n’est pas tout de choisir des tuiles, il faut encore arriver à les placer en respectant les nombreuses contraintes tout en essayant de scorer un max. Et c’est un vrai défi !